Memento mori

000

Pendentif en or émaillé, 1660, Allemagne, Victoria & Albert Museum

Memento mori est une locution Latine signifiant  « souviens-toi que tu mourras ». Ce type d’expression était déjà courant durant l’Antiquité et servait à rappeler leur mortalité aux Hommes, tout en les enjoignant à profiter de la vie. Vers la fin de l’époque médiévale et le début de la Renaissance, cette notion deviendra très populaire, mais elle sera cette fois teintée de christianisme, l’accent étant mis sur le fait qu’il faut se préparer à la mort en menant une existence pieuse.

01

Portrait d’un gentleman anglais portant une bague hexagonale en or ornée d’un crâne, peint par Hans Eworth, 1567, Collection privée / Bague en or émaillé, 16ème siècle, Angleterre, British Museum / Bague en or émaillé, 17ème siècle, Angleterre, British Museum

Durant le 16ème siècle, des symboles évoquant l’éventualité de la mort tels; le squelette, le sablier, le crâne et le cercueil se retrouveront partout. Les bijoux ornés de ces symboles et de phrases telles; Memento mori,  Cogita mori, « Prépare-toi à la mort » ou « Vie pour mourir » seront courants. La guerre de Trentes Ans et les épidémies de pestes feront beaucoup de morts en Europe et marqueront les esprits, ce qui créera une atmosphère  très particulière qui contribuera à la popularité des bijoux Memento mori.

Graduellement, la fonction de cette iconographie en joaillerie changera et les bijoux l’employant serviront dorénavant à commémorer le décès d’un individu plutôt qu’à rappeler à tous leur mort éventuelle. Vers le milieu du 17ème siècle, les bijoux deviendront ainsi davantage des bijoux de deuil que des Memento mori, bien que cette locution continuera à être employée.

02

Bague « gimmel » en or, ornée d’émail, d’un rubis d’émeraudes et de diamands, Allemagne, 16ème siècle,  Schmuckmuseum

03

Pendentif en or émaillé et cristal de roche, 16ème siècle, France, British Museum

04

Montre en forme de crâne, argent et laiton, 1655-1665, Allemagne, British Museum

Marilie Jacob

Sources :

LUTHI, Anne Louise. Sentimental Jewellery, Princes Risborough, Shire publications Ltd. 2007, 40 pages.

SCARISBRICK, Diana. Rings, Londres, Thames & Hudson Ltd. 2007, 384 pages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :